L’histoire et les origines du café

Avec le billet d’aujourd’hui, j’ouvre une nouvelle rubrique qui vous fera découvrir l’histoire du café, êtes-vous prêts à la suivre ?
Alors que je traversais le monde pour aller à la découverte des plantes à café, et que je m’amusais à interviewer les meilleurs experts dans ce domaine, j’ai ressenti le besoin de commencer une nouvelle aventure,  et cette aventure part d’une simple feuille et d’un stylo. Il suffit de raconter une histoire pour se sentir aventureux. Aujourd’hui, avec ce premier article, commence l’histoire du café, écrite exclusivement pour le blog.

C’est un haricot vert, avec une rainure centrale, protégé par une couche de pulpe sucrée, appelée mucilage, et par une peau, le tout est un fruit, appelé drupe, qui tombe de la branche d’une plante de Coffea Arabica, et une chèvre le mange, mais il y a un berger qui observe la scène et va à la rencontre de l’animal et donc de la plante. Et l’histoire est déjà devenue une légende.

C’est l’hypothèse la plus courante sur la façon dont la découverte de la plante de café a été faite. Mais entrons dans les détails.

Comment le café a été découvert ?

L’origine du café est difficile a déterminer et il existe de nombreuses histoires pour raconter d’où vient le café

Comment le café a-t-il été découvert par Kaldi ?

On pense que les premiers témoignages sur le café sont nés en Orient, quatre cent ans avant la naissance du Christ. Mais la preuve la plus concrète se situe vers l’an cinq cent, en Afrique, dans le royaume de la reine de Saba. Elle est racontée par le frère Antonio Fausto Naironi, dans son De Saluberrima potione ( 1671 ), le premier traité consacré au café, dans lequel il raconte le mythe du berger Kaldi. En Ethiopie, il raconte une nuit où les chèvres ne sont pas revenues des champs, et Kaldi, inquiet, est parti à leur recherche. Il les a trouvés le lendemain, euphorique, près d’un arbuste vert vif plein de cerises rouge vif. Le berger, intrigué, goûte les baies et découvre leurs propriétés stimulantes. Kaldi a ensuite entrepris un long voyage pour apporter le fruit mystérieux au monastère de Chehodet au Yémen. Mais le saint homme local les a immédiatement jugées comme étant l’œuvre du diable et a jeté les cerises rouges dans le feu, qui dégageait un arôme séduisant et unique. Curieux de cette scène, les deux hommes ramassèrent immédiatement les grains, les écrasèrent et les noyèrent dans un récipient rempli d’eau chaude : c’était la première tasse de café au monde (la légende du berger Kaldi est racontée et décrite, avec des images surprenantes, dans une ancienne reproduction sur parchemin, encore conservée de nos jours à Addis-Abeba, en Ethiopie).

Cette boisson, amère et sombre, permettait aux moines d’échapper au sommeil pendant les longues nuits de prière. Bientôt, la nouvelle des effets de l’infusion se répandit de monastère en monastère et le café commença à être considéré comme un véritable don de Dieu. On dit que la boisson énergisante était également utilisée par les soufis (ascètes qui vivaient dans les déserts du Yémen, au sud de l’Arabie) pour faire face à leurs longues assemblées. Pour confirmer cette hypothèse, il existe une ancienne miniature du XVIe siècle, où l’on peut voir le mystique al – Shadhili qui fut l’un des premiers, en 1200, à préparer le café en utilisant les grains. Les Shadhiliti, ses disciples et descendants, appartenaient au groupe religieux des soufis : leur utilisation rituelle du café (par exemple dans les danses tourbillonnantes des derviches tourneurs) rencontrait différentes résistances dans l’Islam le plus orthodoxe, qui condamnait toutes les substances enivrantes. Grâce au café, les mystiques soufis pouvaient se consacrer à de très longues pratiques de prière qui leur permettaient d’atteindre le seuil de l’extase religieuse.

Le café et la légende de Mahomet

Moins connue, peut-être, la légende de Mahomet. Un jour, le Prophète fut saisi d’une somnolence soudaine et incontrôlable et l’Archange Gabriel vint à son secours, lui apportant une potion envoyée directement d’Allah. Mahomet l’a bue, s’est ranimé et est reparti pour de grandes actions. La boisson, excusée comme la Pierre noire sacrée de la Mecque, est appelée dans la légende qahwa, un mot qui indique son origine végétale.

Les histoires et les légendes se mélangent dans un chaudron plein de charme et de mystère, où bouillonne une boisson qui a envoûté le monde et qui continue de faire sentir sa puissance encore aujourd’hui, se renouvelant à chaque époque qu’elle a traversée.

Après le premier chapitre, dans lequel la légende est confondue avec le mythe, la seule certitude est que cette “boisson magique” a rempli le palais de milliers de personnes d’une émotion nouvelle et enivrante. Après l’histoire de Kaldi et du prophète Muhammad, après les ascètes et les monastères du Yémen, nous nous retrouvons à nouveau en Afrique, catapultés au XIIIe siècle…

L’arrivée du café chez les Arabes

C’est à cette époque que certains esclaves du Soudan, passant par l’Éthiopie en route pour l’Arabie, ont apporté des cerises de café avec eux, convaincus que ces baies pouvaient les aider à survivre aux épreuves : c’est peut-être ainsi que les grains sont arrivés en terre arabe, pour se répandre ensuite dans le monde entier. Dans les pays du Moyen-Orient, le café était également utilisé en médecine : les potions à base de caféine, avant d’être acceptées comme boissons, étaient considérées comme de véritables médicaments. Selon les contes populaires islamiques, le cheikh Omar a été le premier Arabe à découvrir et à préparer le café. Médecin et religieux, il a été condamné pour crimes moraux et exilé, avec ses disciples, dans la région désertique d’Assab. Pour vaincre la faim, Omar et ses compagnons ont cueilli des baies d’un arbuste inconnu, les ont fait bouillir et ont bu l’infusion. On dit aussi que cette idée leur a été suggérée dans un rêve. De retour à Mocha, leur patrie, les exilés ont raconté les bienfaits de cette boisson. Le gouvernement a construit un monastère en l’honneur d’Omar et l’a nommé patron de la ville.

Quelle est l’origine du café ?

C’est l’histoire, le mythe, la légende. Chacun peut l’interpréter comme bon lui semble. J’aime à imaginer que c’est ce qui s’est réellement passé. Qu’une chèvre a mangé un fruit étrange et qu’un prophète l’a goûté comme un cadeau céleste et qu’un médecin a fait un remède pour surmonter la fatigue. En tout cas, il n’y a qu’un point que nous pouvons répéter avec une certitude absolue et il concerne l’origine de la plante de café : l’Éthiopie. C’est dans cette merveilleuse forêt de café, dans la région abyssinienne de Kaffa, située entre 900 et 2000 mètres, que le haricot trouve son origine. Dans la riche province de Sidamo, au sud de l’Éthiopie, les ancêtres de l’actuelle tribu Galla, nomades des montagnes, ont reconnu les effets revigorants du caféier. Il semble qu’ils aient écrasé les baies et les aient pétries avec de la graisse animale pour les utiliser comme complément énergétique.

découvrez l'historie du café chez les arabes

Auteur : Rijksmuseum

Le café est largement soutenu par les peuples arabes, étant donné l’interdiction de la consommation d’alcool par le Coran. Le “vin de l’Islam” (c’est ainsi que le café a été surnommé) a commencé à se répandre sur les côtes de la mer Rouge, de La Mecque, de Médine et du Caire. Selon certains récits, le café était considéré comme positif par la religion islamique car il stimulait l’intelligence, la créativité et l’imagination, contrairement au vin qui était considéré comme responsable de la somnolence et de la distraction. La religion islamique a rapidement rassemblé de nouveaux adeptes et, tout aussi rapidement, a apporté le charme du café… aux pays atteints et conquis !

La diffusion du café dans le monde

Au début du XVIe siècle, le café a commencé à se répandre des monastères du Yémen vers les capitales (tout d’abord le Caire), en pénétrant dans toutes les couches de la société laïque. La “boisson noire” s’est tellement répandue que, vers 1523, en Turquie, une clause matrimoniale a été introduite, qui établissait que le mari devait assurer à sa femme un approvisionnement suffisant en café, sous peine de divorce. L’Arabie a longtemps essayé de contrôler les recettes du café, mais il était presque impossible de garder un œil sur les millions de pèlerins qui se rendaient chaque année à la Mecque. C’est l’un d’entre eux, Bada Budan, qui en 1670 a avalé sept baies rouges et les a plantées sur sa terre, sur les collines de Chandragiri dans le Karnataka, en Inde du Sud. Le résultat a été si étonnant que la région a été rebaptisée en son honneur et que Bada Budan a été proclamé saint pour sa contribution à la vie du pays. A partir de ce moment, le monopole du Yémen et de l’Arabie sur le café a pris fin.

Et une nouvelle aventure commençait…

Les commerçants néerlandais, qui depuis le début du 17ème siècle exportaient d’Afrique et d’Asie les produits les plus divers (encens, santal, soie…) ont immédiatement compris le potentiel de ce nouveau produit et ont encouragé son expansion. Au cours du XVIIIe siècle, les colonies des pays européens de la zone équatoriale sont devenues le siège des premières plantations : non seulement Ceylan et Java, mais aussi Sumatra, Célèbes, Timos et Bali.

le café dans les colonies

Auteur : Marc Ferrez

L’histoire du café n’est plus une légende, mais une solide réalité qui commence à se répandre dans le monde entier, entrant pleinement dans les intérêts et les désirs de millions de personnes. Depuis le berceau de la civilisation, en Afrique, elle s’est déplacée vers l’Asie et a également impliqué l’Europe. Il devient incontournable, en 1700, en plein développement des échanges commerciaux et avec l’essor des voyages transocéaniques, le café arrive en Amérique centrale et du Sud. Et à partir de ce moment, l’histoire change à nouveau. Mais il est encore trop tôt pour le dire…

Découvert en Ethiopie vers 600 après J.-C., au fil des siècles, est timidement apparu dans les zones qui le bordent, d’abord au Yémen puis en Arabie (en fait, ces zones sont encore aujourd’hui appelées “le berceau du café“). Au XIVe siècle, il arrive dans les grandes capitales (Le Caire et Istanbul), puis, en 1670, il débarque en Inde et poursuit son voyage, au XVIIe siècle, dans les terres du sud-est du continent asiatique, précisément dans les zones de Ceylan, Sumatra, Java, Bali et Timor. Au cours de ces mêmes années, le café a fait face à un long voyage, parallèle à celui-ci, partant de France et atterrissant en Amérique, donnant naissance à de nouveaux développements révolutionnaires pour notre histoire.

L’arrivée du café en Martinique, une île des Antilles, en 1723, est légendaire. Mais entrons dans les détails…

La diffusion du café en Europe

1615 est considérée comme la date à laquelle le café est entré en Europe grâce aux commerçants vénitiens, sur les routes maritimes qui reliaient l’Orient à Venise et Naples. À cette époque, les exportations étaient gérées par les grandes puissances coloniales, puisque les plantations étaient principalement situées dans les territoires qu’elles contrôlaient. Ainsi, le café éthiopien est arrivé en Italie, le café d’Afrique de l’Ouest en France, le café d’Afrique de l’Est en Angleterre et les États-Unis, pour leur part, se sont approvisionnés en Amérique latine.

À son arrivée en Italie, au début du XVIIe siècle, le café trouve de nombreux obstacles : le monde ecclésiastique, en particulier, se méfie de son origine arabe. Il y avait aussi la crainte que l’utilisation des auberges, considérées comme un lieu de perdition, ne devienne de toute façon trop importante. Cependant, le pape Clément VIII, avant de la condamner, a voulu goûter à cette “boisson du diable” et l’a tellement appréciée qu’il a décidé de la sanctifier, déclarant que la boisson était si délicieuse que cela aurait été un crime de la laisser aux seuls incroyants.

Comment le café a commencé à être produit en France ?

Tout a commencé lorsque, au début du XVIIIe siècle, les Hollandais ont donné au gouvernement français un plant de café sain et robuste. On raconte que le capitaine Gabriel De Clieu, pour pouvoir transporter la précieuse plante de France à la Martinique, partagea avec elle le peu d’eau rationnée dont il disposait sur le navire dans lequel il voyageait, réussissant ainsi à lui faire survivre l’interminable traversée. Lorsque le capitaine De Clieu introduisit la culture du café dans les colonies françaises, c’était vers 1723. C’est de cette plante que provient probablement la majeure partie de la production mondiale actuelle.

Qui est le plus gros producteur de café ?

Le café est rapidement devenu si précieux que les gens ont essayé de le prendre à ceux qui le possédaient, donnant lieu à des stratagèmes ingénieux. C’est en 1727 que, pour résoudre un conflit entre les gouvernements français et néerlandais à Guayana, on fait appel à l’officier portugais Francisco de Melo Palheta, Celui tombe amoureux d’une jeune femme mariée : la bien-aimée épouse d’un ambassadeur local, lui a offert à son départ un bouquet de fleurs, parmi lesquelles se détachaient les cerises brillantes. Il les a plantés à Para, au Brésil et en peu de temps, ce pays est devenu le premier producteur mondial de café.

Nous avons atteint l’avant-dernière étape de ce long voyage qui nous a permis de raconter l’histoire du café. Au début du XVIe siècle, les voyageurs et les marchands qui suivaient les routes des navires ont vite pris conscience de l’imposante présence du café dans le monde islamique et n’ont pas tardé à en apporter des nouvelles en Europe, à travers des pages et des pages de textes et de dessins. Le café est rapidement devenu synonyme d’amitié, de divertissement et un point de référence pour les débats politiques.

Comment le café a-t-il donné naissance aux cafés ?

Le premier café, destiné à être un lieu de consommation de la “boisson noire”, a été ouvert en 1554 à Constantinople, l’ancienne Byzance (l’actuelle Istanbul). Les cafés étaient appelés mektebi-irfan, c’est-à-dire “écoles de la connaissance”, parce que les hommes s’y arrêtaient pour discuter et échanger des nouvelles. Cependant, il semble que dans le Yémen d’aujourd’hui, l’habitude de siroter du café était répandue depuis le siècle précédent et le gouvernement a approuvé sa consommation en louant ses qualités.

Un tableau de 1700, d’école anglaise, explique très précisément ce qui se passait à l’intérieur d’un café, un lieu de rencontre où la noblesse anglaise discutait d’art, de politique et d’affaires, en buvant du café et en fumant la pipe.

À partir du milieu du XVIIe siècle, après la levée de l’interdiction divine, le café a rejoint le chocolat sur les étals des vendeurs de rue, avec des boissons rafraîchissantes telles que la limonade ou les liqueurs. Le café continue à se répandre et sa popularité augmente de façon extraordinaire. Des grandes villes anglaises à l’Autriche, la France, l’Allemagne et la Hollande, les cafés sont devenus le centre d’activités sociales. En Angleterre, un phénomène très curieux s’est produit : les universités dites “penny” sont nées, ainsi appelées parce qu’avec un penny, vous pouviez acheter une tasse de café et participer à des discussions intéressantes et passionnantes. Vers le milieu du XVIIe siècle, Londres comptait plus de trois cents cafés, dont beaucoup étaient fréquentés par des marchands, des armateurs, des agents de change et des artistes, qui animaient la vie économique et culturelle du pays. L’histoire nous apprend que de nombreux hommes d’affaires ont grandi en respirant l’air de ces lieux : les Lloyd’s de Londres, l’une des plus grandes compagnies d’assurance du monde, sont nés dans les cafés d’Edward Lloyd’s.

Un café parisien

Auteur : Frederick Barnard

C’est également au cours du XVIIe siècle que les cafés ont commencé à se répandre, grâce aux Anglais, dans ce qui s’appelait alors la Nouvelle Amsterdam et qui est aujourd’hui New York. Bien que le café y soit en plein essor, le thé reste la boisson favorite du Nouveau Monde jusqu’en 1773, lorsque les habitants de la colonie se soulèvent contre les fortes taxes imposées sur le thé par le roi George, jetant à la mer tous les stocks de cette précieuse boisson. Le soulèvement, connu sous le nom de Boston tea party, a changé à jamais les préférences du peuple américain et, depuis lors, le café fait partie du régime alimentaire des États-Unis.

Notre histoire s’achève, le café était devenu la boisson la plus consommée au monde alors connue. Et nous le buvons encore aujourd’hui, avec la même passion enivrante avec laquelle vous avez rempli le cœur et l’âme de millions de personnes au cours des siècles.

C’est son histoire… et j’espère qu’elle ne se terminera jamais !

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire